Rechercher
  • MamPlumes

La couleur des émotions

Pas toujours facile de comprendre nos propres émotions de grande personne, alors quand il s'agit de celles de nos petits bouts, la tache n'est pas des plus simples tous les jours... Difficile pour eux de mettre des mots sur ce qui les chamboule alors à nous de les aider à s'en libérer et ainsi calmer les tensions à la maison !


Les émotions, ces vagues de sentiments qui vont et viennent, et dont on ne sait pas toujours quoi en faire ! Chez le tout petit c'est une découverte de chamboulements intérieurs qu'il va falloir apprendre à apprivoiser au fil des années... Pour nous, parents, nous allons développer l'art de la patience et de la communication !


* 18 - 24 mois : gérer ses frustrations !


Bébé grandit et prend conscience de ce qui lui appartient "à Moi", il aime posséder et être acteur de son quotidien, prend réel plaisir à imiter tout ce que l'on fait mais malheureusement ne peut avoir accès à tout ce monde de grand, parfois trop dangereux pour lui. Difficile de le laisser jouer avec la perceuse de papa ou utiliser le couteau de cuisine tant convoité, le détourner de ses nouveaux "joujous" ne sera pas chose aisée. D'autant qu'il apprécie moyennement ce nouveau sentiment qu'il découvre, celui de la frustration !


Alors pour éviter la crise, chez nous on essaie d'y aller en douceur, sans l'accabler avec un "NON ", ni le fâcher sans explication... Evidemment il faut lui faire comprendre qu'il ne peut pas avoir accès à ses jeux de grands, et même si votre enfant vous parait encore jeune pour tout comprendre, n'hésitez pas à mettre des mots sur ce qu'il se passe : "je sais, tu n'es pas content...tu avais envie de jouer avec mais tu peux te faire mal ...". Puis rien de mieux que de détourner son attention sur une activité qu'il aime particulièrement ou de prendre un temps calme ensemble autour d'un livre ...



La méthode du "ni vu, ni connu je t'embrouille" encore assez efficace avec le petit dernier, pour passer à autre chose en douceur ou l'aider à s'apaiser si besoin ! Pour l'instant babychou est plutôt cool, à quelques jours de son deuxième anniversaire c'est encore un enfant assez docile ;-)


* 2 ans : le début de l'opposition


Alors là, on rentre dans le vif du sujet cette fois... Bébé n'est plus si bébé, il veut sortir plus vite des couches qu'il ne pourrait... En pleine affirmation de soi, il développe son petit caractère de jour en jour et donc commence à se confronter à nous... Il veut encore et toujours plus, tout faire par lui même comme un grand, il va donc nous défier chaque jour pour nous montrer qu'il sait faire le chose de lui même sans nous... Nous lancer du "Non" en veux-tu en voilà ...

Pourtant si ce petit N'enfant veut jouer au grand, c'est encore un grand bébé qui a besoin de papa, maman et de leur tendresse... Nous allons donc osciller entre colère et câlin, un ascenseur émotionnel épuisant pour nous, comme pour lui...


Ici, on a bien connu ça avec nos deux premiers spécimens, si différents, que je vais vous présenter rapidement.. ça vous parlera surement si vous êtes déjà parents et peut être trouverez-vous quelques astuces pour calmer le jeu, qui sait !!!


* Affirmation courte mais intense


D'abord avec notre fée Lili, qui nous a offert une phase d' affirmation de courte durée mais tout en intensité, à l'arrivée de son petit frère... Pas compliquée à analyser, cette demoiselle qui avait l'habitude d'être le centre de notre petit monde se faisait voler la vedette... Ce n'est pas toujours facile d'être frais et dispo pour être à l'écoute de leurs humeurs, surtout quand on a un petit deuxième à s'occuper et des nuits hachurées... Pourtant, il est bien là le secret ! Nos enfant sont de vrais éponges à émotions, ils ressentent les moindre tensions qui nous entourent et s'en imprègnent...



Avec du temps, de la patience et des petits moments en tête à tête, les choses sont vite rentrées dans l'ordre ... D'autant qu'elle a toujours su verbaliser ses sentiments, comme maman ! Je la revoie encore en pleine crise de nerfs, nous dire "je sens monter la pression là...Attention" lol.

Dans ces moments là, pour la calmer, inutile de la fâcher au risque d’envenimer la situation mais plutôt lui laisser gérer son émotion en l'accompagnant le plus calmement possible ... S'isoler avec elle dans un endroit calme, lui expliquer qu'on a compris son mécontentement, l'aider à s'apaiser en lui faisant faire des petits exercices de respiration, la serrer dans nos bras... Une fois l'orage passé, s'expliquer, comprendre ce qu'il vient de se passer, mettre des mots d'enfant puis de grand pour essayer de ne plus en arriver là !


Avec elle, nous avons aussi développer l'art de la négociation, ce qui nous a évité bon nombres de crises pour la détourner de ces objections et lui faire sentir qu'elle pouvait aussi être actrice et ne pas juste subir la situation ! En grandissant, je dois même avouer que la demoiselle commence elle même à exceller dans ce domaine : je pense qu'on n'est pas au bout de nos peines :-)



* Confrontation longue et sournoise


Quelques années de répit, puis se fut le tour de notre premier petit gars. Cet enfant au grand cœur qui a encore du mal aujourd'hui à mettre des mots sur ses humeurs. Jamais de grosses crises à hurler et taper des pieds quand il se trouvait frustrer, mais une réaction plus intérieure, plus contenue qu'il ressortait par des petites vagues d'agressivité, sa façon à lui de nous confronter...

Petit, il mordait sa sœur quand elle l'étouffait, en grandissant il a lâché les dents heureusement mais il lui arrive encore de nous pincer furtivement ou de jeter un petit coup de pied à la volée.


Comment gérer son agressivité ? On se pose encore quelques fois la question car chaque enfant est unique, il n'y a pas de formule magique... je dirai même que les solutions évoluent au fil du temps... Il faut s'adapter en permanence avec ses petits bouts qui grandissent, leurs émotions elles aussi vont prendre plus ou moins de place évoluant au grès de notre environnement familial.

En effet, on a bien remarqué la sensibilité de notre petit gars à ce qui l'entoure : notre manque de disponibilité, le stress parfois ambiant et les gros changements, ne font pas bon ménage avec ses petits sentiments.


Là encore, nous devons redoubler de patience pour ne pas céder à l’énervement que génère bien sûr son agressivité... Dans ces moments là, maman joue les médiateurs en essayant de garder son self-control : l'isoler dans sa chambre en lui expliquant fermement pourquoi, lui laisser le temps de se calmer et revenir une fois l'enfant apaisé pour discuter ensemble ! Comprendre pourquoi ?

Comme notre petit garçon a du mal à mettre des mots sur ses émotions, nous avons découvert un livre "La couleur des émotions" sur lequel nous nous reposons pour essayer de délier les nœuds qui le gênent... Assez efficace chez nous, en créant un petit moment où il peut ouvrir la boite à humeur, en livrant ce qu'il a sur le cœur au travers des mots joliment illustrés... parfois on arrivera même à percer le secret !



Bon, la bonne nouvelle c'est que tout ça ne dure qu'un temps et qu'avec nos enfants pas le temps de se reposer sur nos lauriers... ils font travailler notre imagination et nos neurones fatiguées, assez régulièrement !

Ici on est dans une phase plutôt tranquille : la grande est en plein âge de "raison et sagesse", le petit gars semble y entrer en douceur et babychou prend son temps avant d'attaquer le NAN... Profitons-en pour recharger les batteries avant la prochaine série ;-)



Et sinon, chez vous aussi vous en voyez de toutes les couleurs ? N'hésitez pas à venir partager, échanger... toutes vos bonnes idées !!!

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout